Auto-contrôle et interventions pharmaceutiques non pharmacologiques: quels retentissements sur la pression artérielle?

Glynn LG, Murphy AW, Smith SM, Schroeder K, Fahey T. Self-monitoring and other non-pharmacological interventions to improve the management of hypertension in primary care: a systematic review. Br J Gen Pract. 2010 Dec;60(581):e476-88. Review. PubMed PMID: 21144192; PubMed Central PMCID: PMC2991764.

Ce que cette étude nous apprend

  • Revue systématique et méta-analyse dont l’objectif a été de déterminer les retombées des interventions visant à améliorer le contrôle de la pression artérielle chez les patients atteints d’hypertension artérielle.
  • Cette revue de littérature a été réalisée à partir des bases de données Cochrane Controlled Trials Register, Medline et Embase. Deux auteurs ont évalué indépendamment les titres et résumés obtenus à partir de la recherche. Les désaccords ont été résolus par discussion et le verdict final a été donné par deux auteurs supplémentaires.
  • 72 études randomisées contrôlées incluses sur 9 531 études identifiées.
  • Dans le cas de l’auto-contrôle: réduction significative de la pression artérielle (PA) systolique: –2.5 mmHg [95% CI = –3.7 à –1.3 mmHg] (12 études), réduction de la PA diastolique: –1.8 mmHg [95% CI = –2.4 à –1.2 mmHg] (14 études) et pas d’amélioration significative du contrôle de la PA : OR 1.0, [95% CI = 0.8 à 1.2] (6 études)
  • Dans le cas d’interventions de type éducation des patients: 11 études ramènent une différence significative pour la PA systolique et 13 études ramènent aussi une différence significative pour la PA  diastolique mais résultats trop hétérogènes pour les combiner. Amélioration significative du contrôle de la PA : OR=0.83 [95% CI = 0.75 à 0.91]
  • Dans le cas d’interventions de type éducation des médecins: pas de diminution significative de la PA systolique (–2.0 mmHg [95% CI = –3.5 à 0,6 mmHg] p<0,05, résultats hétérogènes), ou PA diastolique (–0.4 mmHg [95% CI = –1.1 à 0.3 mmHg]).
  • Dans le cas d’interventions de type soins conduits par un pharmacien ou une infirmière: différence significative dans la majorité des études. Mais résultats trop hétérogènes pour les combiner.

Ce que nous savions déjà 

Ce qu’on se pose comme question  

  • Peut-on comparer les résultats obtenus avec différentes interventions pour mettre en évidence celle(s) qui semblerai(en)t être la (les) plus efficace(s)?
  • Comment inclure des études aux résultats moins hétérogènes et permettre de réaliser la méta-analyse?
  • Y aurait-il des différences quant aux résultats si l’évaluation ne porter que sur une population homogène de patients avec une PA non contrôlée versus une population hétérogène de patients avec une PA contrôlée et non contrôlée ?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Continuer à éduquer les patients, et à les sensibiliser sur l’importance de l’auto-contrôle.
  • Instaurer des consultations pharmaceutiques au cours ou à la sortie de l’hospitalisation ou à l’officine pour favoriser l’éducation.
  • Evaluer les retombées spécifiques des adaptations ou modifications de traitement suggérées par le pharmacien.

Auteurs Mylène Breton

Relecteur 

Création 30 mars 2015

Publication 22 avril 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s