Le pharmacien peut-il effectuer le dépistage de la maladie d’Alzheimer en pharmacie communautaire?

Rickles NM, Skelton JB, Davis J, Hopson J. Cognitive memory screening and referral program in community pharmacies in the United States. Int J Clin Pharm. 2014 Apr;36(2):360-7.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude observationnelle prospective menée au sein de 10 pharmacies communautaires de l’Oregon et deux pharmacies communautaires de la Caroline du Nord, États-Unis.
  • Échantillon de 161 patients préalablement identifiés à risque de maladie d’Alzheimer.
  • Les pharmaciens ont d’abord reçu une formation de deux heures sur la maladie d’Alzheimer et sur la façon de mener des examens de dépistage de la mémoire cognitive. Des outils de dépistage et de la documentation ont été fournis à ces fins. Trois outils validés de dépistage ont été utilisés soient le test du « Three-Word Recall », le « Clock Draw Test » et « The Animal Fleuncy Test ». (La combinaison des deux premiers tests est aussi appelée le test Mini-Cog.) Ces tests demandaient moins de sept minutes à effectuer au total. Suite à chaque dépistage effectué, le pharmacien a fait de l’enseignement au patient au sujet de la maladie et sur le maintien d’une bonne santé cérébrale. Les patients ont été référés à un médecin pour un suivi en fonction des scores obtenus aux différents tests. Les scores limites nécessitant une référence étaient prédéfinis. Les services de dépistage ont été offerts aux patients intéressés identifiés préalablement à travers des activités de sensibilisation à la maladie.
  • Concernant la justesse de la référence des patients au médecin traitant par le pharmacien, 118 patients (73,2%) ont reçus une recommandation appropriée du pharmacien; 8 patients (5,0%) ont été référés au médecin sans indication de référence; 19 patients (11,8%) avaient une indication de référence et n’ont pas été référés; (issue non documentée de la consultation avec le pharmacien chez 16 patients (9,9%)).
  • A 60 jours, 10 patients référés avaient eu un suivi avec le médecin. Ce suivi a consisté en une discussion des résultats des tests de dépistage, puis une évaluation plus approfondie de la mémoire cognitive par des tests supplémentaires prescrits.
  • Concernant la satisfaction des patients, 73 patients (98,6%) ont rapporté être très satisfaits ou satisfaits du programme de dépistage; 72 patients (97,2%) ont rapporté être très satisfaits ou satisfaits de l’information reçue concernant la mémoire et les pertes de mémoire; 73 patients (98,6%) ont rapporté être satisfaits des réponses des pharmaciens concernant leurs questions ou leurs inquiétudes; 73 patients (98,6%) ont rapporté être satisfaits de l’assistance du pharmacien dans le programme de dépistage; 73 patients (98,6%) ont indiqué que le programme de dépistage devrait continuer et qu’ils le conseilleraient à un membre de leur famille ou à des amis.
  • Vingt-deux patients (56,4%) ont rapporté être prêts à payer pour un tel service de dépistage.

Ce que nous savions déjà

  • Il existe peu de documentation sur le rôle et les retombées du pharmacien dans la maladie d’Alzheimer. Quelques études recensent son implication aux niveaux des conseils et des réponses aux questions des patients, de l’évaluation et de la surveillance de la pharmacothérapie et au niveau des réunions multidisciplinaires pour la prise en charge de patients.
  • Neuf études ont été recensées concernant le rôle du pharmacien dans le conseil individuel aux patients soient  PMID19019799PMID19298894PMID14626518PMID18198981, PMID9809109 PMID9617847, PMID16905764, LID90, LID91.
  • De plus, une étude recense l’utilisation du test Mini-Cog comme outil de dépistage soit PMID18198975.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie et la fiche synthèse «Alzheimer».

Ce qu’on se pose comme question

  • Le faible taux de prise en charge par les médecins des patients référés mesuré à 60 jours peut-il s’expliquer par un manque de coordination des interventions entre les deux professionnels?
  • L’information limitée sur la consultation avec le médecin des patients référés a-t-il permis une appréciation juste du travail du pharmacien dans le dépistage de la maladie?
  • Est-il possible que les résultats du sondage de satisfaction soient biaisés compte tenu du fait que le taux de participation était faible et qu’il était rempli sur une base volontaire par les participants?
  • La durée du suivi était-elle trop courte?
  • L’absence de données concernant les interventions du pharmacien pour 9,9% des patients a-t-elle influencé les résultats?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Évaluer la possibilité de mise en place de programmes de dépistage de la maladie d’Alzheimer (et autres maladies) en pharmacie communautaire.
  • Réfléchir à la possibilité d’élargir la pratique du pharmacien en lui permettant d’effectuer le dépistage de maladie en pharmacie grâce à des tests et d’orienter le patient vers un spécialiste en fonction des résultats obtenus.
  • Développer des outils et des stratégies de dépistage et les partager.

Auteur : Émilie Mégrourèche

Relecteur: Mylène Breton

Création : 19 mai 2015

Publication : 27 mai 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s