Traitements en psychiatrie : comment prévenir les effets indésirables?

Houppa CA, Nelson LA, Elliott E, Sommi RW. Adverse drug reactions: a retrospective review of hospitalized patients at a state psychiatric hospital. Hosp Pharm. 2013 Dec;48(11):931-5.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude observationnelle, rétrospective, menée dans un hôpital psychiatrique, aux États-Unis.
  • Inclusion de patients atteints de pathologies psychiatriques, ayant eu une réaction indésirable médicamenteuse probable ou certaine.
  • Les dossiers des patients ayant été hospitalisés ont été analysés. Les données concernant les réactions indésirables médicamenteuses, les réactions indésirables évitables et les interventions faites par le pharmacien ont été recensées. Les chercheurs ont classé les réactions indésirables selon leurs sévérités et leurs médicaments associés.
  • 64 réactions indésirables probables ou certaines ont été incluses dans l’étude, dont 87,5% était dues à un traitement psychiatrique.
  • 86% des réactions indésirables étaient modérées et 12,5% des réactions indésirables étaient graves.
  • 96,9% des réactions indésirables ont induit un changement de traitement. 9% des réactions indésirables ont induit un transfert dans un autre établissement de santé.
  • 29,7% (19/64) des réactions indésirables étaient évitables.
  • 100% des réactions indésirables médicamenteuses évitables ont induit un changement de thérapie et 21% ont induit un transfert dans un autre établissement de santé.
  • Les différentes causes de réactions indésirables évitables étaient les interactions médicamenteuses (n=8), les concentrations sériques suprathérapeutiques (n=8) et les antécédents d’allergie (n=4).
  • Le pharmacien est intervenu 102 fois pour prévenir les effets indésirables médicamenteux et 96.5% des médecins ont accepté les interventions du pharmacien. On retrouve différents critères ayant permis aux pharmaciens de prévenir les effets indésirables : traitement non approprié en fonction de l’âge, du poids, du stade de la maladie ou de l’état clinique (n=16), interactions médicamenteuses (n=15), dose inappropriée (n=15), surveillance de la thérapie requise (n=8), allergies ou réactions indésirables antérieures (n=7).

Ce que nous savions déjà

  • Les rôles et retombées du pharmacien en psychiatrie sont bien documentés. Le pharmacien participe en effet à l’évaluation de la pharmacothérapie, à l’éducation thérapeutique du patient. Il donne des conseils en groupe ou en individuel et a un rôle de prévention et gestion du risque. Il participe également à la tournée clinique.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie et la fiche synthèse «Psychiatrie».

Ce qu’on se pose comme question

  • Les réactions indésirables médicamenteuses ayant été notifiées spontanément en suivant un protocole de pharmacovigilance intrinsèque à l’hôpital, peut-on craindre une sous-notification de ces réactions?
  • L’étude ayant été faite dans un centre hospitalo-universitaire, les résultats sont-ils transposables à des établissements de structure différente?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Promouvoir le système de notification des réactions indésirables.
  • Évaluer le type de médicaments fréquemment responsables d’effets indésirables.
  • Intervenir auprès des professionnels de santé pour les sensibiliser aux médicaments les plus à risque et évaluer l’impact de ces interventions.

Auteur: Dorine Fournier

Relecteur: Mylène Breton

Création: 21 juillet 2015

Publication: 4 novembre 2015

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s