L’observance au traitement antidépresseur : un domaine dans lequel peut intervenir le pharmacien!

Aljumah K, Hassali MA. Impact of pharmacist intervention on adherence and measurable patient outcomes among depressed patients : a randomised controlled study. BMC Psychiatry. 2015 Sep 16;15 :219.

Ce que cette étude nous apprend

  • Il s’agit d’une étude randomisée contrôlée réalisée en Arabie Saoudite en 2014.
  • L’objectif de l’étude était d’évaluer l’impact d’une intervention basée sur une prise de décision partagée entre le patient et le professionnel de la santé réalisée par des pharmaciens sur l’observance, la satisfaction, les croyances générales et spécifiques, la qualité de vie et le contrôle de la condition de santé de patients souffrant de dépression majeure.
  • Les interventions des pharmaciens dans le groupe expérimental (n=119) consistaient en une première consultation d’environ 15 minutes et une deuxième consultation de 10 minutes 3 mois plus tard. Ces consultations avaient pour but de discuter des croyances des patients par rapport à leurs antidépresseurs et de leur donner de l’information sur leurs médicaments dans le but d’optimiser leur implication dans la prise de décision concernant leur traitement.
  • Les patients du groupe contrôle (n=120) recevaient les services usuels des pharmaciens, c’est-à-dire des conseils standards sur leurs antidépresseurs sans emphase sur leur implication dans leur traitement.
  • Les résultats étaient recueillis à 6 mois par un assistant en recherche qui ne savait pas à quel groupe étaient attribués les patients.
  • Les patients inclus dans l’étude étaient âgés de 18 à 60 ans, avaient reçu un nouveau diagnostic de dépression majeure (selon le DSM IV), n’avaient pas d’antécédents de psychose ou de maladie affective bipolaire, de dépendance ou d’utilisation de drogues ni de déficience cognitive pouvant interférer avec l’intervention à l’étude.
  • Les résultats de l’étude démontrent une amélioration significative de l’observance selon le score MMAS de 4,94 (IC 95%; p<0,0001) dans le groupe contrôle à 5,99 (IC 95%; p<0,0001) dans le groupe expérimental, représentant une amélioration de 18%.
  • Les données démontrent une augmentation significative de la satisfaction des patients par rapport à leur traitement selon le score TSQM de 82,89 (IC 95%; p<0,0001) dans le groupe contrôle à 88,71 (IC 95%; p<0,0001) dans le groupe expérimental, représentant une augmentation de 6%.
  • Une amélioration significative des croyances générales quant à la sur-utilisation des médicaments selon le BMQ-General de 12,63 (IC 95%; p<0,029) dans le groupe contrôle à 11,93 (IC 95%; p<0,029) dans le groupe expérimental est également notée.
  • Une amélioration significative des croyances spécifiques sur la dangerosité et les effets secondaires des médicaments selon le BMQ-Specific de 13,14 (IC 95%; p<0,024) dans le groupe contrôle à 12,05 (IC 95%; p<0,024) dans le groupe expérimental est noté.
  • Les résultats démontrent une amélioration significative des croyances globales sur les médicaments selon le BMQ de 38,12 (IC 95%; p<0,0001) dans le groupe contrôle à 35,36 (IC 95%; p<0,0001) dans le groupe expérimental.
  • Cette étude démontre une amélioration non significative de la sévérité de la maladie selon le MADRS de 20,86 (IC 95%; p=0,897) dans le groupe contrôle à 20,65 (IC 95%; p=0,897) dans le groupe expérimental et de la qualité de vie liée à l’état de santé selon le EQ-5D de 0,66 (IC 95%; p=0,722) dans le groupe contrôle à 0,68 (IC 95%; p=722) dans le groupe expérimental.

 

Ce que nous savions déjà

  • L’observance est un élément essentiel au succès du traitement et à l’atteinte des objectifs thérapeutiques.
  • Plusieurs études rapportent l’efficacité de l’implication du patient au sein de son traitement sur l’observance et la satisfaction du patient.
  • Vous pouvez consulter la fiche synthèse « Dépression » sur le site Impact Pharmacie pour en apprendre davantage.

 

Ce qu’on se pose comme questions

  • Est-ce que le fait d’avoir utilisé des échelles subjectives où les patients répondent eux-mêmes a surestimé les résultats?
  • Est-ce que ces résultats sont applicables à d’autres départements cliniques?
  • Comment les autres professionnels de la santé peuvent-ils aussi mettre en place des interventions visant l’implication du patient dans son traitement?

 

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Prendre le temps d’informer les patients avec un récent diagnostic de dépression majeure sur leur médication et répondre à leurs questions.
  • Effectuer des entrevues motivationnelles régulièrement (ex : aux 3 mois) afin de soulever certaines croyances erronées des patients et tenter de les corriger.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s