Identification du rôle optimal du pharmacien dans la transition des soins: revue systématique

Ensing HT, Stuijt CC, van den Bemt BJ, van Dooren AA, Karapinar-Çarkit F, Koster ES, Bouvy ML. Identifying the Optimal Role for Pharmacists in Care Transitions: A Systematic Review. J Manag Care Spec Pharm. 2015 Aug;21(8):614-36

 

Ce que cette étude nous apprend

  • Revue systématique réalisée à partir d’études faites en Amérique du nord, en Europe, en Australie.
  • La revue de la littérature a été réalisée à partir de 3 bases de données : Medline, Embase et IPA (International Pharmaceutical Abstracts). Les études ont été inclues selon plusieurs critères d’inclusion et d’exclusion afin d’extraire les données suivantes : information générale de l’article (année, auteur), design de l’étude (uni ou multicentrique, type d’établissement), caractéristiques des patients (taille de l’échantillon, genre, âge, nombre de médicament, état de santé), méthode (critères exclusion/inclusion, soins usuels, intervention pharmaceutique, autres professionnels de santé impliqués), résultats de l’étude et conclusion. Plusieurs paramètres sont mesurés : mortalité, visite au département des urgences, événements indésirables liés aux médicaments, composante de réadmission et de visite au département des urgences, composante de réadmission et mortalité, composante de réadmission, visite aux urgences et mortalité. Plusieurs étapes ont été utilisées afin de catégoriser les résultats : seules les interventions des pharmaciens reportées dans le manuscrit original ont été utilisées, toutes les interventions des pharmaciens ont été revues et catégorisées indépendamment par deux auteurs/relecteurs créant ainsi un modèle comprenant toutes les composantes, les 15 interventions répertoriées sont structurées en 3 groupes (objectif et nature de l’intervention, moment de l’intervention dans la prise en charge), tous les résultats ont été extraits et l’étude était considérée comme valide si au moins un des résultats était significativement significatif, le nombre moyen des interventions a été comparé entre des études valides et non valides.
  • L’objectif de cette étude est d’identifier les interventions du pharmacien dans la continuité des programmes de soins qui améliorent les résultats cliniques.
  • Les critères d’inclusion des articles sont les suivants : étude randomisée contrôlée, étude publiée en anglais, participants adultes admis à l’hôpital et rentrés à domicile, intervention réalisée à l’hôpital et/ou en pharmacie communautaires et/ou au domicile du patient, l’intervention implique un pharmacien, un étudiant en pharmacie ou un technicien en pharmacie, le pharmacien a un rôle proactif, c’est-à-dire que pour toutes les interventions, le patient reçoit une intervention pharmaceutique active, les interventions étaient comparées avec un groupe contrôle qui recevait des soins usuels, l’intervention était réalisée dans le but d’améliorer la continuité des soins et de répondre à des problèmes médicamenteux, au moins un des paramètres suivants a été mesuré : mortalité, réadmission, visite au département des urgences, évènements indésirables médicamenteux
  • Exclusion : Intervention conduite seulement sur des populations pédiatriques ou psychiatriques, intervention dans un service de soins palliatifs ou de soins intensifs, intervention portant sur un type spécifique de médicament, intervention non en relation avec la continuité des soins
  • 30 études ont été inclues.
  • Suite à l’analyse des articles, l’ensemble des interventions ont été regroupées en 15 classes d’interventions : réconciliation à l’admission (n=11 études), recueil des informations du patient à l’admission (n=3), intégration du pharmacien dans l’équipe médicale (n=5), revue de la médication (niveau 1 d’analyse, n=3; niveau 2 d’analyse, n=2; niveau 3 d’analyse, n=8), conseil au patient à l’admission (n=9), réconciliation à la sortie (n=9), conseils aux patients à la sortie (n=13), lettre de sortie au patient (n=8), lettre d’information aux autres professionnels de santé (n=9), suivi du patient après la sortie de l’hôpital (n=visite à domicile, n=8; appel téléphonique, n=10; visite au centre de soins, n=1), suivi aux autres professionnels de santé (n=14), suivi renforcé après la sortie du patient (n=7), intervention adaptée pour certains patients en difficulté (n=6), aide à l’observance (n=6),dispensation d’une aide logistique concernant la médication (n=6).
  • Les catégories d’intervention les plus fréquemment déployées sont le suivi centré sur le patient (n=19 études), suivi centré sur les professionnels de santé (n=14), revue des thérapeutiques à l’admission (n=13), conseil au patient à la sortie (n=13), réconciliation à l’admission (n=11).
  • Les paramètres les plus souvent mesurés sont réadmission (n=24), mortalité (n=15), visite au département des urgences (n=10), événements indésirables liés aux médicaments (n=4).
  • L’ensemble des 30 études montre un effet cohérent sur les paramètres dans la revue. Seule une revue a reporté une augmentation significative du nombre de réadmissions 6 mois après la sortie de l’hôpital.
  • Le nombre moyen d’interventions différentes est approximativement le même entre les études valides et non valides (4.3 vs 5.1 respectivement) . Il en est de même pour les interventions pharmaceutiques centrées sur le patient (2.4 vs 2.9) (non significatif ; p>0.05 ).
  • 5 études, 3 valides et 2 non valides, ont étudié l’effet d’une intervention isolée après la sortie du patient indiquent des résultats contradictoires. Il apparait que dans les études dites valides, l’intervention est adaptée au patient alors qu’elle consiste à des entretiens de suivi dans les études non valides.
  • 10 études mentionnent 1 ou plusieurs étapes de la prise en charge de l’hôpital ou combinent des interventions à l’hôpital et à la sortie. Il est noté un haut niveau de preuve avec la réalisation d’une analyse médicamenteuse de niveau élevé ; 5 études valides soulignent ce type d’intervention alors qu’aucune étude non valide n’en fait mention. Dans 2 de 5 de ces études, le pharmacien est intégré à part entière à l’équipe médicale.
  • 5 études, 3 valides et 2 non valides, font mention de la réalisation de la réconciliation; 2 études valides combinent la réconciliation au conseil au patient lors de l’admission.
  • 5 études, 3 valides et 2 non valides, couvrent 3 étapes ou plus en passant de l’admission jusqu’au suivi après la sortie.
  • 7 études, dont 3 valides et 4 non valides combinent une intervention après la sortie du patient avec 1 ou plusieurs interventions réalisées à l’hôpital.

 

Ce que nous savions déjà

 

Ce qu’on se pose comme questions

  • Inclure seulement des études écrites en anglais ne peut-il pas aboutir à exclure des études pertinentes?
  • Quels sont les réels résultats des différentes interventions des pharmaciens?
  • Quelles interventions sont les plus pertinentes afin d’améliorer la continuité des soins?

 

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Mettre en place la réconciliation à l’arrivée et à la sortie du patient.
  • Mettre en place un suivi des patients après leur sortie de l’hôpital par l’intermédiaire de visites à domicile, d’appels téléphoniques ou d’entretiens aux centres de soins avec le patient.
  • S’assurer de la bonne compréhension du patient de son traitement.
  • Assurer une transition aux autres professionnels de santé, notamment le médecin traitant et la pharmacie communautaire, via une lettre documentant les changements dans le traitement du patient.

 

 

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s