Existe-il une étude démontrant clairement l’impact individuel du pharmacien dans une équipe de soin sur la mortalité des patients hospitalisés pour causes cardiaques?

Zhai XB, Tian DD, Liu XY. The role of the clinical pharmacist in reducing mortality in hospitalized cardiac patients: A prospective, nonrandomized controlled trial using propensity score methods. Int J Clin Pharmacol Ther. 2015 Mar;53(3):220-9.

Ce que cette étude nous apprend

  • Cette étude prospective non randomisée contrôlée s’est déroulée dans 3 salles de cardiologie appartenant à 3 hôpitaux affiliés avec le Shanghai Jiatong University School of Medicine, à Shanghai en Chine
  • Elle vise tous les patients admis à l’hôpital dans l’une des 3 salles de l’unité de cardiologie.
  • Pour cette étude, 1 salle de cardiologie (60 lits) est constituée du groupe avec intervention et les 2 autres salles (70 et 100 lits) abritent les groupes contrôles. Pour diminuer les biais confondants potentiels au sein du même groupe entre les différentes phases, un score de propension a été développé en analysant les variables suivantes : l’âge, le sexe, le score d’acuité des infirmières (évalue la sévérité du problème de santé) et le diagnostic primaire à la sortie. Suite à l’utilisation du score, 2000 patients pour chacun des 4 groupes (Study unit Phase 1, Study unit Phase 2, Control unit Phase 1 et Control Unit Phase 2) ont été choisis.
  • Dans la première phase de l’étude, des pharmaciens cliniciens recueillent les données de bases des patients tant dans le groupe d’étude que les groupes contrôles sans intervenir lorsqu’il y a des problèmes reliés à l’usage du médicament.
  • Dans la deuxième phase, un pharmacien clinicien supérieur plus expérimenté réalise une recherche exhaustive des cas de décès dans le groupe d’intervention afin de déterminer toutes causes de morts susceptibles d’être responsables ou de contribuer au mauvais usage des médicaments tels que les erreurs ou une utilisation non appropriée d’antibiotiques. Une discussion est ensuite entreprise avec les cardiologues concernant ses observations et les corrections que les médecins cardiologues du groupe d’étude devraient effectuer après avoir établi un consensus concernant les problèmes identifiés. Deux pharmaciens cliniciens ont ensuite participé à des tournées médicales quotidiennes pour repérer et clarifier toutes incohérences médicamenteuses et en ont informé les médecins afin de les rectifier. Le groupe contrôle quant à lui, n’a pas eu accès aux soins de pharmaciens cliniciens durant cette phase.
  • Les résultats indiquent que 87.6% des interventions proposées par les pharmaciens cliniciens ont été acceptées par l’équipe de cardiologie, ce qui constitue 375 interventions sur un total de 428 dont quelques 137 contre-indications, 72 incompatibilités médicamenteuses, 44 patients expérimentant de dangereuses interactions, 60 doses ou fréquences inadéquates, 70 indications incorrectes et 45 utilisations irrationnelles d’antibiotiques.
  • Pour le groupe d’étude, une différence de 0.6% de l’incidence de morts toute cause confondue a été notée (de 24 morts/2000 patients à 11 morts/2000 patients), p-value : 0,03 considéré comme statistiquement significatif.
  • Pour les groupes contrôles sans interventions du pharmacien, une différence de 0,2% de l’incidence de morts toute cause confondue a été notée (de 24 morts/2000 patients à 11 morts/2000 patients), p-value : 0,26 considéré comme non significative, ce qui est attendu puisqu’il s’agit du groupe de comparaison.

 

Ce que nous savions déjà

  • Il existe présentement très peu de littérature traitant la pharmacovigilance, mais 2 autres articles, PMID18366244 et PMID21085884, que vous pourrez consulter en allant sur la fiche synthèse « Vigilance et effets indésirables » du site Impact Pharmacie, ont également des retombées positives sur le nombre d’effets secondaires détectés et déclarés. Cette page permettra d’en apprendre davantage sur l’impact du pharmacien sur la pharmacovigilance.

 

Ce qu’on se pose comme questions

  • Une randomisation aurait pu s’assurer que les groupes contrôles et le groupe d’étude contenaient des patients aux caractéristiques similaires afin d’ obtenir une comparaison plus juste.
  • Est-il éthique, même dans le cadre d’une étude mesurant l’impact individuelle du pharmacien, de faire un groupe contrôle sans pharmacien pouvant se traduire par une différence de vie sauvée en amont du début de l’étude.

 

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Prêter une attention particulière à l’interprétation des niveaux de risque affichés par les logiciels d’interactions qui génèrent des « pop-ups » automatiques.
  • Faire une recherche plus exhaustive sur les différents impacts du pharmacien dans la mortalité et ses retombées pour reconnaître l’importance de la profession dans la pharmacovigilance.
  • S’assurer qu’un service pharmaceutique en milieu hospitalier de qualité soit un standard de pratique dans toutes les unités.

Auteurs : Nguyen Vu

Création : 14 janvier 2016

Publication :

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s