Le pharmacien et la gestion du diabète 2 non-contrôlé: un intervenant qui fait la différence!

Aguiar PM, da Silva CH, Chiann C, Dórea EL, Lyra DP Jr, Storpirtis S. Pharmacist-physician collaborative care model for patients with uncontrolled type 2 diabetes in Brazil: results from a randomized controlled trial. J Eval Clin Pract. 2016 Jul 25. doi: 10.1111/jep.12606. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 27452158.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude randomisée contrôlée réalisée en 2014 à Sao Paulo, Brésil au sein d’un hôpital de soins secondaires.
  • 73 patients inclus dans l’étude soit 37 dans le groupe contrôle et 36 dans le groupe intervention. Les 2 groupes sont comparables selon les caractéristiques de base.
  • L’objectif de l’étude est d’évaluer l’effet d’un modèle de soins impliquant la collaboration pharmacien-médecin sur les issues cliniques des patients ayant un diabète de type 2 non-contrôlé.
  • Cette étude comprend 2 groupes: un groupe contrôle et un groupe intervention. Les participants du groupe contrôle reçoivent les soins usuels offerts par la clinique des maladies métaboliques. Cela inclut: suivi régulier avec l’équipe médicale à tous les 2-6 mois selon le contrôle glycémique. Durant ces visites, le médecin évalue la pharmacothérapie du patient et les paramètres cliniques. Si nécessaire, le patient est référé à des infirmières pour recevoir des conseils sur les habitudes de vie, l’auto-surveillance des glycémies, l’administration d’insuline, la distribution de dépliants informatifs et d’un carnet de glycémie.
  • Pour le groupe intervention, en plus des soins usuels, ils reçoivent les services d’un pharmacien clinicien (qui travaille en collaboration avec un médecin). Le pharmacien fait des consultations individuelles avec les patients (durée: 20-40 mins). Le patient reçoit aussi un suivi téléphonique régulier (durée: 3-20 mins) avec le pharmacien. Le pharmacien procède à une collecte de données complète sur le patient avec les sources à sa disposition. Le pharmacien fait des conseils sur les habitudes de vie et donne des conseils sur l’utilisation de la médication (efficacité, innocuité, adhésion). Il effectue ensuite une analyse de l’ensemble de l’information afin d’identifier les problèmes médicamenteux puis propose des interventions appropriées. Ces recommandations sont présentées à l’équipe médicale/au patient.
  • Les résultats montrent que durant l’étude, le pharmacien a identifié 189 problèmes liés à la médication avec une moyenne de 5.3 +/- 2.4 par patient.
  • Des 189 problèmes identifiés, 125 soit 66% ont été résolus directement avec le patient. Le reste a été résolu avec le médecin.
  • 96.9% des interventions pharmaceutiques suggérées par le pharmacien ont été acceptées par le médecin.
  • Au niveau de l’observance à 12 mois, le groupe intervention a une amélioration de 33.3% comparativement au groupe contrôle qui a une baisse de 5.4% (p<0.001).
  • Au 4-item Morisky-Green test (MMAS-4) à 12 mois, le groupe intervention a un score de 0.9 comparativement au groupe contrôle qui a un score de 0.1 (p=0.008).
    • Le 4-item Morisky-Green test est un outil validé qui évalue les attitudes du patient envers son traitement. Il classifie le patient comme étant adhérent si le patient répond négativement aux 4 énoncés dans le test.
  • En ce qui concerne le niveau d’hémoglobine glyquée (HbA1c) à 12 mois, le groupe intervention a une diminution de 0.79% comparativement au groupe contrôle qui a une diminution de 0.16%, p=0.01.
  • De plus, 25% des patients dans le groupe intervention ont atteint les cibles recommandées d’HbA1c selon le profil comparativement au groupe contrôle où 5.4% des patients l’ont atteint (p=0.02).
  • Pour la tension artérielle systolique à 12 mois, l’amélioration est non significative entre le groupe intervention et le groupe contrôle (respectivement, -12,5 mmHg vs -4.4 mmHg, p=0.071).
  • Pour la tension artérielle diastolique à 12 mois, l’amélioration est non significative entre le groupe intervention et le groupe contrôle (respectivement, -6.3 mmHg vs -3.2 mmHg, p=0.3).
  • Pour les lipoprotéines de faible densité (LDL) à 12 mois, le groupe intervention a une diminution non significative comparativement au groupe contrôle (respectivement, -10.2 mg/dL vs -12.2 mg/dL, p=0.768)

Ce que nous savions déjà

  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans la prise en charge du diabète et du contrôle des comorbidités associées sont bien documentés.
  • 2 études ont été recensées avec des indicateurs de résultats similaires concernant la proportion de patients ayant atteints les cibles d’hémoglobine glyquée à 12 mois PMID23640349 PMID22672148.

Ce qu’on se pose comme questions

  • Qu’est-ce qui explique la diminution de l’observance dans le groupe contrôle à 12 mois?
  • Étant donné que l’étude s’est déroulée dans un seul centre, est-ce que cela peut affecter la généralisation des résultats à d’autres établissements de santé?
  • Si le suivi est plus long, les résultats de tension artérielle et de LDL peuvent-ils changer?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Réfléchir à la possibilité d’implanter un modèle de soins similaire pour les patients ayant un diabète non-contrôlé.
  • Effectuer une analyse des coûts d’une telle pratique.
  • Faire une évaluation de la qualité de vie et de la satisfaction auprès des patients diabétiques.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s