Bilan comparatif des médicaments: son importance dans la continuité des soins

Van Hollebeke M, Talavera-Pons S, Mulliez A, Sautou V, Bommelaer G, Abergel A, Boyer A. Impact of medication reconciliation at discharge on continuity of patient care in France. Int J Clin Pharm. 2016 Jul 18. [Epub ahead of print] PubMed PMID: 27432017.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude randomisée contrôlée réalisée en 2016 en France à l’hôpital Clermont-Ferrand.
  • 124 patients inclus dans l’étude. Ils doivent être âgés de plus de 18 ans, admis au département de chirurgie digestive, parler couramment le français et aller à la même pharmacie communautaire depuis au moins les 3 derniers mois.
  • L’objectif de l’étude est d’évaluer l’impact du bilan comparatif au départ et la transmission de l’information du pharmacien hospitalier (PH) au pharmacien communautaire (PC) sur la continuité des soins au patient.
  • Le PH fait un premier bilan comparatif à l’admission et analyse toutes les prescriptions que le patient reçoit durant son séjour à l’hôpital. Au congé, le PH fait un bilan comparatif au départ. Il fait une consultation avec le patient pour lui expliquer les traitements et aussi les changements à la pharmacothérapie, s’il y a lieu.
  • Dans tout le processus, si le pharmacien note une divergence, celui-ci contacte le médecin pour obtenir des explications ou pour la corriger. Le bilan comparatif au départ et au congé est effectué de la même manière, que ce soit pour le groupe contrôle ou le groupe intervention.
  • La différence entre le groupe contrôle et le groupe intervention est qu’au congé, le PH communique avec le PC seulement pour les patients du groupe intervention. En effet, le PH envoie au PC les prescriptions au congé, la liste des médicaments avec les explications (indication, raison de l’ajout ou de la modification des médicaments) et les données cliniques et biologiques pertinentes. Toutes ces interventions ne sont pas effectuées pour le groupe contrôle. Au 7ème jour post-congé (+/- 2 jours), le PH envoie au PC un questionnaire. La continuité des soins, l’utilisation du formulaire des médicaments au congé et la satisfaction y sont évaluées.
  • Il n’y a pas de différence significative entre le groupe contrôle et le groupe intervention dans le nombre de patients qui se présentent à la pharmacie communautaire dans les délais suite au congé (respectivement 50 (94%) et 46 (90%), p=0.428).
  • Dans le groupe contrôle, il y a significativement plus de patients dont au moins 1 médicament n’est pas disponible lors de la dispensation à la pharmacie comparativement au groupe intervention (respectivement, 10 (22%) et 1 (2%), p<0.005).
    • Les ruptures de médicaments concernent surtout les anticancéreux, les agents immunomodulateurs, les anti-inflammatoires pour les maladies gastro-intestinales et les antiparasitaires.
  • Dans le groupe contrôle, il y a significativement plus de patients qui reçoivent une quantité incomplète de médicaments au moment de se rendre à la pharmacie comparativement au groupe intervention (respectivement, 11 (24%) et 3 (6%), p=0.013)
  • En ce qui concerne la satisfaction globale des pharmaciens par rapport à la liaison hôpital-pharmacie, dans le groupe contrôle, 12 (24%) des PC sont satisfaits tandis que dans le groupe intervention, 51 (96%) des pharmaciens sont satisfaits (p<0.005).
  • De plus, la majorité des PC trouvent que la liste des prescriptions au départ est utile pour leur pratique. Cependant, le plan de traitement est considéré comme le document le moins utile.
  • Pour le groupe contrôle, le temps moyen que le PH a besoin pour consulter le médecin et le patient est de 21 minutes comparativement à 35 minutes pour le groupe intervention. Cette différence de 14 minutes s’explique par le temps nécessaire pour expliquer l’étude et aussi de transférer les documents requis.

Ce que nous savons déjà

  • Les rôles et les retombées du pharmacien dans les bilans comparatifs médicamenteux sont très bien documentés.

Ce qu’on se pose comme question

  • Pour s’assurer qu’un traitement déjà débuté à l’hôpital ne soit pas interrompu, que fait le pharmacien s’il réalise que ledit médicament n’est plus en stock?
  • Dans la discussion de l’étude, les auteurs mentionnent que si le PH envoie les prescriptions de congé au PC, cela donne le temps au PC de commander les médicaments et les dispenser au moment opportun. Étant donné que la livraison des médicaments suite à une commande peut prendre au moins 12-24h, combien de temps à l’avance les PH doivent-ils envoyer les prescriptions de congé au PC?
  • Aurait-il été pertinent de voir combien de PC ont contacté les PH pour obtenir les informations manquantes dans le groupe contrôle?

Ce que vous pouvez faire

  • Instaurer une méthode qui permet le transfert adéquat des informations du milieu hospitalier au milieu communautaire.
  • Trouver des stratégies afin de gérer les ruptures de stock potentiels.
  • Vérifier auprès des hôpitaux si les pharmaciens hospitaliers faxent systématiquement les bilans comparatifs au congé aux pharmaciens communautaires.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s