Le pharmacien peut-il optimiser la prise en charge de la douleur et de l’agitation chez les patients aux soins intensifs?

20170621 Visual Abstract - Pain and agitation in intensive care

Dilokpattanamongkol P, Tangsujaritvijit V, Suansanae T, Suthisisang C. Impact
of pharmaceutical care on pain and agitation in a medical intensive care unit in
Thailand. Int J Clin Pharm. 2017 Jun;39(3):573-581.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude avant-après réalisée dans une unité de soins intensifs au sein d’un hôpital universitaire en Thaïlande.
  • Le groupe pré-intervention contient 90 patients admis à l’unité entre janvier 2013 et décembre 2014. Le groupe post-intervention implique 66 patients admis entre avril et octobre 2015. Les patients sont tous âgés de plus de 18 ans, sous respiration artificielle et nécessitent une thérapie analgésique et/ou sédative.
  • Un pharmacien est présent à temps plein dans le groupe post-intervention à la différence du groupe pré-intervention. L’intervention consiste en à la mise en application de son expertise concernant l’usage approprié des analgésiques et sédatifs.
  • Les prescriptions des agents analgésiques et/ou sédatifs sont évaluées par le pharmacien  pour chaque patient selon : L’évaluation de la douleur, de l’agitation et/ou du délirium, la cause, l’âge du patient, les maladies sous-jacentes, le fonctionnement des organes, le problème actif, les données biologiques et la médication coéxistante.
  • L’intégration du pharmacien à l’équipe de soins intensifs a permis de réduire significativement la durée du séjour en soins intensifs ; durée médiane de 10 jours contre 6,5 jours,  et la durée d’hospitalisation ; durée médiane de 30,5 jours contre 17,5 jours après l’intervention.
  • L’intervention pharmaceutique est également associée à une diminution du nombre de jours sous respiration artificielle :14 jours contre 6,5 jours après l’intervention.
  • Aucune différence significative n’a cependant été montrée sur le taux de mortalité des patients : 53,03% contre 46,67% après l’intervention.

Ce que nous savions déjà    

  • Les rôles et les retombées du pharmacien aux soins intensifs sont bien documentés. Nous avons recensé une autre étude qui montre les retombées positives de la gestion de la douleur et de l’agitation par le pharmacien aux soins intensifs PMID28179250.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie et la fiche synthèse sur les soins intensifs

Ce qu’on se pose comme question

  • Est-ce que l’impact de l’introduction d’un pharmacien spécialisé serait le même dans d’autres unités de l’hôpital?
  • Quel est l’impact d’un  pharmacien spécialisé sur les autres pathologies rencontrées aux soins intensifs (p.ex. infections)?
  • Quel est le coût associé à l’ajout d’un pharmacien spécialiste à l’équipe des soins intensifs et les économies éventuelles relatives à une diminution de la durée de séjour et l’usage approprié des médicaments ?
  • Quel était le niveau présence pharmaceutique dans le groupe pré intervention?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Suivre les lignes directrices sur la gestion de la douleur et de l’agitation afin d’optimiser la pharmacothérapie des patients en soins intensifs.
  • Ne pas hésiter à utiliser son expertise dans la gestion des médicaments pour la douleur et l’agitation et faire ses recommandations.

Auteurs : Sarah Pelletier, Éléonore Ferrand

Création : 22 juin 2017

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s