Adhésion aux traitements antidiabétiques: quels rôles joue le pharmacien?

erku

Erku DA, Ayele AA, Mekuria AB, Belachew SA, Hailemeskel B, Tegegn HG.

Pharm Pract (Granada). 2017 Jul-Sep;15(3):1026. doi: 10.18549/PharmPract.2017.03.1026. Epub 2017 Aug 26

Ce que l’étude nous apprend :

  • Étude prospective randomisée contrôlée dans un hôpital universitaire de Gondar, au nord-ouest de l’Éthiopie.
  • L’étude inclut 127 patients diabétiques de type 2 entre février et juillet 2016. Les patients sont répartis en deux groupes : un groupe ayant bénéficié des soins usuels et d’un programme personnalisé sur la gestion de la thérapie médicamenteuse (groupe intervention = 62 patients) et un groupe ayant reçu les soins usuels (groupe contrôle= 65 patients).
  • Les objectifs de l’étude consistaient en l’évaluation de l’efficacité de la conduite du pharmacien sur la gestion de la thérapie médicamenteuse ; l’adhésion et les admissions hospitalières des patients diabétiques de type 2.
  • L’intervention du pharmacien clinicien sur le groupe intervention consistait en la mise en place d’un programme personnalisé sur la gestion médicamenteuse : un entretien de 45 minutes tous les 3 mois pour optimiser l’approche thérapeutique et un service de suivi par téléphone pour les patients demandeurs pendant les 6 mois d’étude.
  • La mise en place du programme a permis une augmentation significative de l’adhérence des patients à leur traitement entre le début du suivi et la fin de l’étude à 6 mois : évolution dans le groupe intervention de 9.2% à 61% (p<0.001) VS pour le groupe contrôle : de 13.2% à 30.2% (p=0.261). La différence entre les deux groupes est significative (p<0.01).
  • Le taux d’admission à l’hôpital a été nettement moins important pour le groupe intervention (23/54 patients) VS groupe contrôle (48/53 patients) (p<0.001) soit 52.1% d’admissions en moins.

Ce que l’on se pose comme question :

  • Quelles seraient les retombées pharmacologiques des données de suivi bénéfiques de ce programme?
  • Aurait-on eu les mêmes résultats dans un hôpital d’un pays développé?
  • Le bon accueil par le patient de la gestion de la thérapeutique médicamenteuse serait-il le même pour des pathologies chroniques autres que le diabète?
  • Quel est le coût de l’intervention?
  • Est-il possible de quantifier l’impact sur la morbidité?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Mettre en place le service de suivi du patient par consultation téléphonique.
  • Appliquer le programme de gestion des thérapies médicamenteuses en pharmacie communautaires et en hôpital.

Auteur : Célie Malaure, Éléonore Ferrand

Création : 15 juin 2018

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s