Comment le technicien en pharmacie peut-il permettre une bonne transition des soins après une hospitalisation?

Bailey JE, Surbhi S, Bell PC, Jones AM, Rashed S, Ugwueke MO. SafeMed: Using pharmacy technicians in a novel role as community health workers to improve transitions of care. J Am Pharm Assoc (2003). 2016 Jan;56(1):73-81. doi:10.1016/j.japh.2015.11.011. PubMed PMID: 26802925.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude observationnelle réalisée à Memphis (Tennessee) aux États-Unis
  • 325 patients sont enrôlés dans le programme SafeMed en décembre 2014
  • Le programme SafeMed a pour but d’offrir des services de transition des soins, en s’attardant à la gestion des médicaments pour diminuer les taux de réadmissions et les coûts de soins de santé.
  • Le rôle des techniciens en pharmacie dans ce programme est d’offrir un support aux patients après leur sortie de l’hôpital par des visites à domicile et des suivis téléphoniques.
  • Lors des entrevues avec les patients, les techniciens obtiennent l’histoire médicamenteuse, participe au bilan comparatif des médicaments, identifie les problèmes potentiels en lien avec la pharmacothérapie pour les rapporter aux pharmaciens et renforce les conseils préalablement prodigués par le pharmacien.
  • Il y avait une visite à domicile dans les 3 jours suivants la sortie d’hôpital pour 46.9% des cas en 2013 et 68.5% des cas en 2014 (p<0.001).
  • Il y a une tendance positive au niveau des suivis téléphoniques (p<0.001), passant de 46.9% en 2013 à 77.8% en 2014.
  • Les techniciens ont aidé à identifier des problèmes potentiels au niveau de la pharmacothérapie pour 84.9% des participants
  • Les techniciens ont appliqué des programmes de gestion de la pharmacothérapie pour 104 des 325 participants (32%)
  • Le travail des techniciens était bien reçu par les patients. Les techniciens ont permis d’identifier les barrières à l’adhérence, d’aider les patients à les surmonter en plus d’offrir un support pour les habitudes de vie à adopter (exercice et arrêt tabagique).

Ce que nous savions déjà

  • Plusieurs études évaluent le rôle des techniciens en pharmacie en support au travail des pharmaciens. Que ce soit dans la gestion des stocks PMID11527868, dans la réalisation de bilan comparatif des médicaments PMID14531244 ou tout simplement dans la réduction du temps pharmacien consacré aux activités non-cliniques PMID25404597, les techniciens s’avèrent efficaces.
  • Le rôle et les retombées du travail des techniciens en pharmacie sont de plus en plus documentés dans la littérature. Les techniciens sont amenés à jouer un plus grand rôle dans la dispensation des soins.
  • On peut consulter la fiche synthèse sur le technicien en pharmacie sur le site Impact Pharmacie pour en apprendre plus.

Ce qu’on se pose comme questions

  • Comment inclure les techniciens en pharmacie pour réduire la tâche du pharmacien ?
  • Ce genre de programme serait-il envisageable dans les pharmacies communautaires?
  • Quels seraient les besoins en formation et les coûts associés à l’implantation d’un tel programme ?
  • Est-ce que le gouvernement serait prêt à encourager ce type de programme ?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Déléguer la vérification contenant-contenu aux techniciens de laboratoire
  • Bien former le personnel technique pour la collecte de données, ce qui accélère et facilite le travail du pharmacien dans son analyse.
  • Encourager le personnel technique au développement professionnel

Auteur : Flavie Pettersen Coulombe

Création : 21 octobre 2016

Le pharmacien peut-il avoir un rôle dans le dépistage de la tuberculose ?

Jakeman B, Gross B, Fortune D, Babb S, Tinker D, Bachyrycz A. Evaluation of a pharmacist-performed tuberculosis testing initiative in New Mexico. J Am Pharm Assoc (2003). 2015 May-Jun;55(3):307-12. doi: 10.1331/JAPhA.2015.14141. PubMed PMID: 26003159.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude observationnelle réalisée au Nouveau-Mexique aux États-Unis.
  • 626 patients ont demandé le test de dépistage de la tuberculose entre mars 2011 et août 2013, dont 578 qui ont participé du début jusqu’à la fin du suivi.
  • 43 pharmaciens répartis dans 8 pharmacies communautaires ont été formés pour réaliser et interpréter le test de dépistage de la tuberculose. 25 pharmaciens ont activement prescrit et analysé le test cutané à la tuberculine dans des milieux urbains et ruraux (Albuquerque n=163, Roswell n=153, Carlsbad n=262).
  • La formation des pharmaciens a été dispensée par du personnel infirmier spécialisé en tuberculose. La formation (respectant les normes de la Center for Disease Control) comprenait un séminaire en ligne d’une durée d’une heure suivi d’une formation pratique de 4 heures. Le pharmacien apprenait également comment identifier les patients éligibles au test en 2 temps, afin d’éviter les faux-négatifs.
  • Le prix du test était chargé au patient. Les pharmacies communautaires chargeaient environ 30$ tandis que les cliniques privées sont reconnues pour des prix variant entre 70 et 150$.
  • 8 % des patients ont eu le suivi adéquat, tandis qu’une autre étude conduite à Baltimore (Serwint et al.) rapporte un taux de 40% lorsque le test est fait par un médecin. Le taux élevé de suivi adéquat est expliqué par l’accessibilité des pharmacies communautaires, qui offrent des heures d’ouverture flexibles. Les patients n’avaient pas besoin de prendre rendez-vous avec leur pharmacien pour passer le test.
  • 18 des 578 tests se sont avérés positifs (3.1%). Ils ont été rapportés à la santé publique et au médecin traitant par le pharmacien.
  • Aucun ne présentait de tuberculose active

Ce que nous savions déjà

  • Peu d’études évaluent le rôle du pharmacien dans le dépistage de la tuberculose. PMID25276579 décrit une intervention semblable, dans le but d’augmenter le taux de notifications de cas.
  • Le pharmacien a un rôle à jouer en santé publique, selon les besoins du pays où il se trouve.
  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans le dépistage de la tuberculose sont peu documentés.
  • On peut consulter les fiches synthèses sur la tuberculose et sur la santé publique sur le site Impact Pharmacie pour en apprendre plus.

Ce qu’on se pose comme questions

  • Est-ce que le fait d’avoir plusieurs données manquantes dans les formulaires démographiques des patients expliquerait le haut taux de suivi? (biais de sélection)
  • Aurait-il fallu évaluer les barrières à l’adhésion des pertes au suivi?
  • Quel serait l’impact économique de l’implantation d’un tel programme de dépistage?
  • Est-ce vraiment un besoin au Québec? Est-ce que le pharmacien n’aurait pas un plus grand rôle à jouer dans une autre sphère de la santé publique?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Référer les patients au Centre Local de Services Communautaires pour les tests de dépistage de la tuberculose
  • S’assurer de l’observance au traitement de la tuberculose latente
  • Sensibiliser les patients atteints de tuberculose latente de l’importance de recevoir un traitement

Auteur : Flavie Pettersen Coulombe

Création : 21 octobre 2016

Le pharmacien a-t-il un impact sur l’efficacité et l’observance des antihypertenseurs par des visites à domicile d’une clientèle gériatrique ?

Moultry AM, Pounds K, Poon IO. Managing Medication Adherence in Elderly Hypertensive Patients Through Pharmacist Home Visits. Consult Pharm. 2015 Dec;30(12):710-9. doi: 10.4140/TCP.n.2015.710. PubMed PMID: 26671271.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude avant-après réalisée à Houston (Texas) aux États-Unis en 2015.
  • L’objectif de l’étude est d’examiner l’impact du pharmacien dans la gestion de la thérapie médicamenteuse À DOMICILE pour des personnes âgées afro-américaines souffrant d’hypertension.
  • 431 participants sont recrutés dont 306 qui complètent l’étude d’une durée de 6 mois.
  • Le pharmacien procède à 2 visites à domicile durant les 6 mois et un étudiant de 4e année en pharmacie effectue un appel téléphonique de 20 minutes 2 fois par semaine.
  • Les patients reçoivent un appareil de mesure de la pression artérielle et une carte cadeau d’une valeur de 20$ pour une épicerie locale lors de la première visite à domicile. Il reçoit une carte cadeau de 40$ à la seconde visite.
  • Les données obtenues à la fin des 6 mois de suivi sont comparées aux données de base.
  • Amélioration significative de la pression artérielle systolique après l’intervention à domicile (140 mmHg vs 137 mmHg après 6 mois, p<0.049)
  • Pas de changement significatif au niveau de la pression artérielle diastolique.
  • Amélioration, mais non-significative du pourcentage de patients dont la tension artérielle est contrôlée (46.7% vs 49.5% après 6 mois, p=0.34)
  • Amélioration significative de l’autosurveillance de la tension artérielle à domicile (43.1 % vs 90% après 6 mois).
  • Diminution significative de l’inobservance après l’intervention selon l’échelle Morisky (score de 6 vs 2 après 6 mois, p=0.003)
  • Amélioration significative du score de connaissance des patients sur l’hypertension (7.9 vs 8.4 après 6 mois, p<0.001)

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme questions

  • Est-ce que le fait d’avoir mesuré la pression artérielle des patients à différents moments de la journée affecte les résultats obtenus ?
  • Est-ce que des interventions effectuées en externe ont pu influencer les résultats obtenus ? (cours d’exercice en groupe, rendez-vous avec des spécialistes en nutrition)
  • Est-ce que les résultats auraient été différents si on avait comparé les patients auprès d’un groupe contrôle ?
  • Est-ce que la publication de nouvelles lignes directrices pendant l’étude a influencé les résultats? (nouvelle cible de la tension artérielle systolique à <150 mmHg)

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Faire des visites à domicile auprès de votre clientèle gériatrique
  • Conseiller un bon appareil de mesure de la tension artérielle selon les besoins de votre patient
  • Faire des suivis téléphoniques au sujet de l’efficacité, l’innocuité et l’observance des antihypertenseurs
  • Donner de l’information à vos patients souffrant d’hypertension artérielle pour améliorer leur connaissance de la maladie

Auteur : Flavie Pettersen Coulombe

Création : 20 octobre 2016

Quel est l’impact de l’intervention du pharmacien sur la qualité de vie des patients atteints de la maladie de Parkinson?

Foppa AA, Chemello C, Vargas-Peláez CM, Farias MR. Medication Therapy Management Service for Patients with Parkinson’s Disease: A Before-and-After Study. Neurol Ther. 2016 Jun;5(1):85-99. doi: 10.1007/s40120-016-0046-4. Epub 2016 Jun 7. PubMed PMID: 27271736; PubMed Central PMCID: PMC4919135

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude avant-après réalisée à Florianopolis au Brésil
  • 161 patients atteints de la maladie de Parkinson sont identifiés et 70 d’entre eux acceptent de participer à l’étude. 55 patients complètent l’étude entre octobre 2012 et avril 2013.
  • 2 pharmaciens communautaires spécialisés en Parkinson procèdent à une collecte de données de leurs patients, identifient les problèmes médicamenteux et effectuent des interventions sous forme de : conseils, changements de la pharmacothérapie, références à d’autres professionnels de la santé (physiothérapeutes, audiologistes), distribution de matériel éducatif ou encore d’enseignement.
  • Les données sur la qualité de vie sont obtenues après 6 mois et sont comparées aux données de base.
  • Amélioration non-significative du score de qualité de vie PDQ39
  • Amélioration significative du score PDQ39_3, représentant le bien-être émotionnel (39.12±26.54 vs 36.89±27.56 après 6 mois d’intervention, p=0.012)
  • Pas d’amélioration significative des symptômes moteurs
  • Amélioration significative de plusieurs symptômes non-moteurs (constipation p<0.001, dysphagie p=0.001, dysfonctionnement gastrique p=0.008, troubles de la parole p<0.001, hypotension p=0.014, incontinence urinaire p=0.029, problèmes de sommeil p<0.001, anxiété p=0.043)
  • Amélioration significative de l’observance aux traitements lorsque jugée d’après les entrevues avec les patients (37 patients ne sont pas adhérents au départ vs 10 après l’intervention p=0.001), mais non-significative lorsque jugée d’après l’échelle Morisky.

Ce que nous savions déjà

  • D’autres études rapportent une amélioration des symptômes par l’utilisation de différents questionnaires validés après l’intervention du pharmacien : PMID26590989 rapporte une amélioration des scores UPDRS et MDS-UPDRS. PMID22810890 relate une amélioration du score PDQ-8.
  • Certaines études ne démontrent pas de changement significatif : PMID11936711 selon le score SF-36, PMID22810890 selon le score EQ-5D, PMID11936711 selon le score BEHAVE-AD.
  • Le rôle et les retombées du pharmacien dans la prise en charge de la maladie de Parkinson sont peu documentés.
  • On peut consulter la fiche synthèse sur la maladie de Parkinson sur le site Impact Pharmacie pour en apprendre plus.

Ce qu’on se pose comme questions

  • Est-ce que le fait d’avoir conduit l’étude dans la seule pharmacie qui distribue des médicaments anti-parkinsoniens de la ville influence les résultats?
  • Est-ce que le fait d’avoir plusieurs pertes au suivi surestime les bienfaits de l’intervention du pharmacien sur la qualité de vie des patients ?
  • L’évaluation des patients par un neurologue en plus des questionnaires validés aurait-il influencé les résultats?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Utiliser des questionnaires validés pour le suivi de la thérapie anti-parkinsonienne
  • Questionner les patients sur la présence de symptômes non-moteurs et réagir en conséquence en conseillant des médicaments de vente libre, en effectuant une opinion pharmaceutique au médecin traitant ou encore en référant le patient vers son médecin lorsque les autres options ne sont pas possibles
  • Conseiller les patients sur leur thérapie anti-parkinsonienne
  • Sensibiliser les patients à l’importance de l’observance à la thérapie

 

Auteur: Flavie Pettersen Coulombe

Création: 21 octobre 2016