Un pharmacien dans une unité ambulatoire d’oncologie permet-il de faire des économies?

Randolph LA, Walker CK, Nguyen AT, Zachariah SR. Impact of pharmacistinterventions on cost avoidance in an ambulatory cancer center. J Oncol PharmPract. 2016 Sep 27.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude randomisée contrôlée prospective réalisée entre novembre et décembre 2014 au centre ambulatoire d’oncologie du Integris Southwest Medical Center en Oklahoma City aux États-Unis.
  • Les patients inclus à l’étude sont ceux s’étant présentés au centre ambulatoire durant la période d’étude et qui sont âgées de 18 ans et plus.
  • Le résident résident en pharmacie présent pendant l’étude reste dans la salle de transfusion et, de plus, donne de l’information sur la chimiothérapie de façon hebdomadaire pour les patients nouvellement diagnostiqués du cancer. Chaque intervention faite par le pharmacien pendant ce mois a été documentée dans une catégorie et un coût à été associé à l’intervention en question. Les couts ont ensuite été extrapolés sur un an en soustrayant le salaire du pharmacien afin d’avoir le bénéfice net.
  •  Les économies faites lors de la période d’étude sont de 22 416 $US pour le résident et 18 062 $US pour le pharmacien central.
  • Les coûts totaux évités extrapolés à un an sont de 330 676 $US pour le résident en pharmacie et 234 806 $US pour le pharmacien central. La somme des deux donne 565 482 $US par année, ce qui équivaut à 282 741 $US par pharmacien.

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • Ces résultats sont-ils généralisables à l’ensemble des unités d’un hôpital?
  • Les coûts évités peuvent-ils être plus grands avec un pharmacien expérimenté au lieu du résident en pharmacie?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Instaurer un pharmacien dans votre unité d’oncologie afin de confirmer ou d’infirmer ces résultats

Auteur: Soraya Mamoun

Création: 10 novembre 2016

Publication: 11 octobre 2017

Publicités

Quel est l’impact du pharmacien communautaire dans la gestion des psoriasis?

Tucker R, Stewart D. The role of community pharmacists in supporting self-management in patients with psoriasis. Int J Pharm Pract. 2016 Aug 4.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude avant-après prospective se déroulant dans des pharmacies communautaires à Cornwall et au Yorkshire and Humber region, au Royaume-Uni
  • Les patients avec une nouvelle prescription d’un produit topique contre le psoriasis entre mars 2015 et décembre 2015 sont inclus à l’étude
  • L’intervention du pharmacien consiste en deux consultations face-à-face avec le patient à 6 semaines d’intervalle. Par la suite, une première rencontre avec le patient a lieu où il remplit 3 questionnaires: Psoriasis Area and Severity Index (SAPASI), Person-Centred Dermatology Self-care Index (PEDESI) et Dermatology Life Quality Index (DLQI). Après un délai d’environ 6 semaines, le patient est rencontré de nouveau par le pharmacien.
  • La différence entre les scores des questionnaires au jour 0 et à la visite de suivi à 6 semaines est statistiquement significative   (p < 0,001).
  • À la visite de suivi, la proportion de patients avec une maladie légère a augmenté de 15% à 29% et la proportion avec maladie sévère a diminué de 32% à 19%. Par contre, la proportion de patients avec une atteinte modérée n’a pas changé (53% comparativement à 52%). La plupart des patients avec atteinte modérée ont eu une diminution de leur score SAPASI sauf 3 patients pour qui la maladie a augmenté en sévérité.

Ce que nous savions déjà

  • Selon nos données, aucun autre article ne mesure l’impact des pharmaciens chez les patients vivants avec le psoriasis.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie et la fiche synthèse sur la dermatologie.

Ce qu’on se pose comme question

  • Un délai plus long que 6 semaines nous aurait-il donné les mêmes résultats?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Faire remplir un questionnaire de qualité de vie et de sévérité de l’atteinte pour vos patients avec une première prescription d’un médicament pour le psoriasis et le réviser avec eux périodiquement afin de constater les changements et d’inclure le patient dans les soins qui lui sont prodigués

Auteur: Soraya Mamoun

Création: 10/11/2016

Publication: 04/10/2017

Quel est l’impact de la révision médicamenteuse sur les couts, la persistance et la façon d’utiliser les médicaments?

Kolhatkar A, Cheng L, Chan FK, Harrison M, Law MR. The impact of medication reviews by community pharmacists. J Am Pharm Assoc (2003). 2016 Sep-Oct;56(5):513-520.e1.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude de cohorte rétrospective réalisée dans les pharmacies communautaires en Colombie Britannique au Canada.
  • Tous les résidents de la Colombie Britannique qui ont reçu une revue médicamenteuse par un pharmacien entre le 1 mai 2012 et le 30 juin 2013.
  • L’étude a utilisé le système PharmaNet de la Colombie britannique qui est une base de données administratives où toutes les prescriptions dispensées en milieu communautaire et en milieu hospitalier se trouvent. L’analyse se fait sur 2 cohortes qui ont reçu leur première revue médicale avec le pharmacien. La première cohorte inclut des patients pour qui la première revue de médicaments est un MR-S (medical review- standard) et la deuxième cohorte inclut des patients pour qui la première revue de médicaments est un MR-PC (medical review- pharmacist consult). Durant, un MR-S, le pharmacien et le patient revoient les médicaments pour améliorer leur usage et améliorer la connaissance sur les traitements. Par contre, si le pharmacien détecte au moins un problème dans la médication et qu’il prend action pour le résoudre, il peut réclamer un MR-PC.
  • Il y a une augmentation du nombre de prescriptions après une première revue de médicaments faite par un pharmacien chez le groupe MR-PC (p=0,0006). Aussi, les couts sont passés de 165$ à 191$ dans le groupe MR-PC et de 142$ à 162$ dans le groupe MR-S (MR-S: p=0,048 et MR-PC: p= 0,0007).
  • L’analyse ne montre aucun changement dans la continuité de plusieurs médicaments chroniques dont ceux pour le diabète et l’hypertension. Seules les statines font l’exception où il y a eu une légère augmentation de 0,52% (p= 0,005) dans le groupe MR-PC. Aussi, il y a eu une augmentation des renouvellements des benzodiazépines pour les deux groupes (MR-S: p= 0,001 et MR-PC: p= 0,001) et une diminution des renouvellements des inhibiteurs de la pompe à protons a été observé dans le groupe MR-PC (diminution de 0,13% par mois, p=0,007).

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • L’augmentation du nombre de médicaments après la revue médicamenteuse reflète-elle un besoin réel selon l’état clinique du patient?
  • Quelles sont les informations données lors de la rencontre avec le patient?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Instaurer un service de revue médicamenteuse sur rendez-vous dans votre pharmacie et en voir les résultats.
  • Discuter avec vos patients âgées du besoin de leurs médicaments médicament potentiellement inappropriés comme les benzodiazépines.

Auteurs: Soraya Mamoun

Création: 10 novembre 2016

Publication: 27 septembre 2017

 

Quel est l’impact du pharmacien dans le suivi de l’adhésion médicamenteuse et de la technique d’inhalation chez les patients vivant avec la maladie pulmonaire obstructive chronique?

Hesso I, Gebara SN, Kayyali R. Impact of community pharmacists in COPD management: Inhalation technique and medication adherence. Respir Med. 2016 Sep;118:22-30

Ce que cette étude nous apprend

  • Revue de littérature rétrospective sur le suivi en pharmacie communautaire incluant plusieurs pays à travers le monde
  • Les bases de données suivantes sont utilisées: Medline, Scopus, PubMed, Google scholar, Science direct. Les mots clés utilisés sont: pharmacie communautaire, pharmaciens communautaires, technique d’inhalation, inhalateur technique, gestion de la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC), MPOC, adhésion médicamenteuse, patients avec affection respiratoire. La recherche est limitée à des articles écrits en anglais et publiés entre janvier 2005 et février 2015. De plus, une recherche manuelle a été faite afin d’identifier toute étude additionnelle qui remplit les critères d’inclusion dans les sources primaires.
  • Les résultats sont présentés en fonction des études sélectionnées par pays, en général l’adhésion est augmentée et la technique d’utilisation du dispositif d’inhalation est améliorée de façon significative.

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • Les données sont-elles applicables à plus grande échelle avec un échantillon de population plus grand?
  • Une durée d’étude plus longue nous donne-elles les mêmes résultats?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Réviser la technique d’inhalation de vos patients périodiquement
  • Identifier les barrières à l’adhésion et en discuter avec le patient afin de l’intégrer dans le processus de soins pharmaceutiques

Auteur: Soraya Mamoun

Création: 09 novembre 2016

Publication: 20 septembre 2017

 

Quel est l’impact du pharmacien dans les accidents vasculaires cérébraux sur le délai « door-to-needle » à l’unité d’urgence?

Montgomery K, Hall AB, Keriazes G. Impact of an emergency medicine pharmacist on time to thrombolysis in acute ischemic stroke. Am J Emerg Med. 2016 Oct;34(10):1997-199.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude de cohorte rétrospective dans une unité d’urgence d’un hôpital au Lakeland Regional Health, Floride aux États-Unis.
  • La population à l’étude regroupe les patients ayant reçu une thombolyse par voie intraveineuse et qui se sont présents au département de l’urgence à l’aide du système d’alerte à l’AVC entre le 1 janvier 2012 et 30 septembre 2014.
  • Les participants sont divisés en 2 groupes selon l’équipe traitante: un groupe contenant un pharmacien et l’autre n’en contenant pas. Ensuite, il s’agit de voir au bout de combien de temps, une fois le patient arrivé à la salle d’urgence, la thrombolyse a été administrée par voie intraveineuse. Les 2 cohortes de patients n’avaient pas de différences statistiquement significatives concernant l’âge, le sexe, la pression artérielle systolique à l’arrivée ou le score « National Institute Of Health Stroke Scale » à l’arrivée. La comparaison a été faite entre les 2 groupes selon un temps avant la thrombolyse de moins de 60 minutes et un temps en moins de 45 minutes.
  • La thombolyse en moins de 60 minutes est stastisquement significative dans le groupe avec pharmaciens (P-value: 0,002) alors qu’elle ne l’est pas lorsque la thrombolyse est effectuée en moins de 45 minutes (P-value: 0,012). Le temps moyen en minutes avant d’effectuer la thrombolyse est réduit de façon statistiquement significative dans le groupe avec pharmacien (P-value: 0,004)
  • Le groupe avec pharmacien avait une augmentation de 32% dans la proportion de patients recevant la thrombolyse en 60 minutes et une augmentation de 23% dans la proportion de patients la recevant en 45 minutes. De plus, le groupe avec pharmacien avait une diminution moyenne du temps d’administration de 20 minutes
  • En chiffres: 97 patients en tout: 38 patients dans le groupe avec pharmacien et 59 patients dans le groupe sans pharmaciens

Ce que nous savons déjà

  • Selon nos données, il n’y a pas d’études évaluant l’impact du pharmacie sur le délai « door-to-needle » en AVC à l’urgence
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie et la fiche synthèse sur l’urgence

Ce qu’on se pose comme question

  • Est ce qu’on peut extrapoler ces résultats à plus grande échelle avec des hôpitaux ayant des procédures différentes?
  • Est ce que toutes les interventions ont été documentées au moment de la prise en charge du patient?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Réfléchir aux tâches qu’un pharmacien peut effectuer dans une unité d’urgence afin d’en défendre la présence

Auteurs: Soraya Mamoun

Création: 09 novembre 2016

Publication: 13 septembre 2017

Le pharmacien peut-il améliorer les marqueurs de qualité de vie chez les patients?

Mohammed MA, Moles RJ, Chen TF. Impact of Pharmaceutical Care Interventions on Health-Related Quality-of-Life Outcomes: A Systematic Review and Meta-analysis. Ann Pharmacother. 2016 Oct;50(10):862-81

Ce que cette étude nous apprend

  • Revue systématique et méta-analyse visant la évaluer l’impact des soins pharmaceutiques sur le score « Health-Related quality of Life » (HRQoL) et à déterminer la sensibilité de ce score sur les services pharmaceutique.
  • La revue inclut les études publiées dans plusieurs pays.
  • La revue systématique s’est basée sur les base de données suivantes:  MEDLINE, EMBASE, International Pharmaceutical Abstracts, Global Health, PsychINFO, PubMed, CINAHL et Web Science.  La technique de recherche utilise les termes suivants: « soins pharmaceutiques » et du score « health-related quality of life »(HRQoL). Les articles pris sont ceux publiés entre janvier 2005 et septembre 2015. La recherche du HRQoL et des soins pharmaceutiques se décline en plusieurs termes dont « qualité de vie » pour HRQoL et « pratique clinique » pour le terme soins pharmaceutiques.  Par la suite, les articles sélectionnés sont vus indépendamment avant d’être approuvés.
  • En tout, 31 études randomisées contrôlées, 9 études non randomisées avec un groupe comparateur et 9 études avant-après sont inclues. La période de suivi variait de 3 à 24 mois avec 54,2% des études qui ont un suivi plus grand que 6 mois.
  • Les résultats de l’analyse des sensibilité démontre un impact modéré des services pharmaceutiques sur le fonctionnement physique, la santé générale et la santé émotionnelle. Elle démontre un impact probable sur la douleur corporelle et l’énergie et la fatigue/vitalité et pour finir, aucun impact sur la santé mentale et le rôle physique.
  • 19 des 21 études randomisées contrôlées, 6 des 8 études avant-après et 6 des 9 études non randomisées avec un groupe comparatif ont vu une amélioration statistiquement significative sur au moins un domaine du HRQoL. Aussi, 17 (35,4%) n’ont vu aucune amélioration significative des domaines du HRQoL.

Ce que nous savions déjà

  • Le rôle positif des interventions pharmaceutiques sur la qualité de vie de des affections chronique comme la dépression PMID23537456  ou la douleur PMID23562814

Ce qu’on se pose comme question

  • Quel score permet d’avoir de meilleurs résultats sur les interventions pharmaceutiques?
  • L’inclusion d’études écrites dans une autre langue que l’anglais nous donnent-elle le même résultat?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Instaurer un questionnaire de qualité de vie pour le suivi de vos patients afin de pouvoir déterminer l’impact direct de vos services pharmaceutiques sur vos patients et leur permettre de participer conjointement aux soins.
  • Recueillir les commentaires de vos patients sur l’amélioration de leur qualité de vie.

Auteurs: Soraya Mamoun

Création: 09 novembre 2016

Publication: 06 septembre 2017

 

 

Quel est l’impact clinique est économique du pharmacien dans une unité de chimiothérapie?

Han JM, Ah YM, Suh SY, Jung SH, Hahn HJ, Im SA, Lee JY. Clinical and economic impact of pharmacists’ intervention in a large volume chemotherapy preparation unit. Int J Clin Pharm. 2016 Oct;38(5):1124-32. doi: 10.1007/s11096-016-0339-9

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude observationnelle rétrospective dans une unité de chimiothérapie à large volume au Cancer Hospital of Seoul National University à Séoul en Corée du Sud
  • L’étude inclut toutes les interventions des pharmaciens effectuées et documentées dans le département d’oncologie entre mai 2012 et avril 2013
  • Les interventions effectuées sont revus par un oncologue et un pharmacien indépendants afin d’en évaluer la pertinence clinique. Les deux professionnels de la santé attribuent une note de « non significatif » à « extrêmement significatif » à l’intervention. Un tableau résume la décision du pharmacien et celle de l’oncologue séparément et en fait une moyenne. Aussi, une analyse coût-bénéfice des interventions des pharmaciens a été faite en déduisant le salaire des pharmaciens.
  • Un total de 39 649 prescriptions pour 6 364 patients ont été analysées pour lesquelles 631 ont reçu une intervention du pharmacien pour 435 patients. L’acceptation moyenne est de 72,1%.  La principal intervention des pharmaciens concerne un problème de dose (60,9% des interventions avec un taux d’acceptation de 65,5%). La principale raison de refus des interventions à 56,5% est une demande changement de dose qui se trouve dans une marge de 10% de la dose initialement prescrite.
  • La moyenne de la notation du pharmacien et de l’oncologue donne: 1.3 % des interventions qui sont considérées extrêmement pertinentes, 9,8% interventions très pertinentes, 39,3% interventions pertinentes, 44,1% interventions plus ou moins pertinentes et finalement, 5,5% interventions qui sont non pertinentes
  • L’analyse coût-bénéfice présente un total des coûts sauvés de 85 896,5$. De plus, le total des bénéfices est de 160 555 $ et le coût-bénéfice net de 116 493,4 $

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • Les interventions faites par les pharmaciens ont-elles toutes été documentées?
  • Les résultats de l’analyse coût-bénéfice seraient-ils les mêmes si un groupe témoin était présent dans l’étude?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Mettre en place un étude interne sur un pharmacien dans votre unité d’oncologie afin de confirmer ou d’infirmer les résultats de cette étude
  • Exposer les bénéfices monétaires d,avoir un pharmaciens dans une unité d’oncologie

Auteur: Soraya Mamoun

Création: 08/11/2016

Publication: 14/06/2017