Quel est l’impact clinique est économique du pharmacien dans une unité de chimiothérapie?

Han JM, Ah YM, Suh SY, Jung SH, Hahn HJ, Im SA, Lee JY. Clinical and economic impact of pharmacists’ intervention in a large volume chemotherapy preparation unit. Int J Clin Pharm. 2016 Oct;38(5):1124-32. doi: 10.1007/s11096-016-0339-9

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude observationnelle rétrospective dans une unité de chimiothérapie à large volume au Cancer Hospital of Seoul National University à Séoul en Corée du Sud
  • L’étude inclut toutes les interventions des pharmaciens effectuées et documentées dans le département d’oncologie entre mai 2012 et avril 2013
  • Les interventions effectuées sont revus par un oncologue et un pharmacien indépendants afin d’en évaluer la pertinence clinique. Les deux professionnels de la santé attribuent une note de « non significatif » à « extrêmement significatif » à l’intervention. Un tableau résume la décision du pharmacien et celle de l’oncologue séparément et en fait une moyenne. Aussi, une analyse coût-bénéfice des interventions des pharmaciens a été faite en déduisant le salaire des pharmaciens.
  • Un total de 39 649 prescriptions pour 6 364 patients ont été analysées pour lesquelles 631 ont reçu une intervention du pharmacien pour 435 patients. L’acceptation moyenne est de 72,1%.  La principal intervention des pharmaciens concerne un problème de dose (60,9% des interventions avec un taux d’acceptation de 65,5%). La principale raison de refus des interventions à 56,5% est une demande changement de dose qui se trouve dans une marge de 10% de la dose initialement prescrite.
  • La moyenne de la notation du pharmacien et de l’oncologue donne: 1.3 % des interventions qui sont considérées extrêmement pertinentes, 9,8% interventions très pertinentes, 39,3% interventions pertinentes, 44,1% interventions plus ou moins pertinentes et finalement, 5,5% interventions qui sont non pertinentes
  • L’analyse coût-bénéfice présente un total des coûts sauvés de 85 896,5$. De plus, le total des bénéfices est de 160 555 $ et le coût-bénéfice net de 116 493,4 $

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • Les interventions faites par les pharmaciens ont-elles toutes été documentées?
  • Les résultats de l’analyse coût-bénéfice seraient-ils les mêmes si un groupe témoin était présent dans l’étude?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Mettre en place un étude interne sur un pharmacien dans votre unité d’oncologie afin de confirmer ou d’infirmer les résultats de cette étude
  • Exposer les bénéfices monétaires d,avoir un pharmaciens dans une unité d’oncologie

Auteur: Soraya Mamoun

Création: 08/11/2016

Publication: 14/06/2017

 

Le pharmacien peut-il améliorer les soins dans le département d’urgence d’un hôpital?

Abdelaziz H, Al Anany R, Elmalik A, Saad M, Prabhu K, Al-Tamimi H, Salah SA,Cameron P. Impact of clinical pharmacy services in a short stay unit of a hospital emergency department in Qatar. Int J Clin Pharm. 2016 Aug;38(4):776-9.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude observationnelle rétrospective dans le département de soins de courte durée de l’urgence à l’hôpital général de Hamad, Doha, Qatar afin d’évaluer l’impact du pharmacien dans cette unité.
  • Tous les patients ayant 18 ans et plus admis  entre octobre 2012 et avril 2013.
  • Les pharmaciens commencent leur journée avec une tournée des patients avec les autres membres de l’équipe médicale. Les pharmaciens pouvaient intervenir auprès du prescripteur pendant ou après la tournée. Le tout est documenté dans le dossier patient et dans un système électronique. Des pharmaciens indépendants ont ensuite analysé les interventions des pharmaciens de l’urgence.
  • Les intervention documentés par les pharmaciens visaient à 24,4% donner de l’information au médecin, 22% l’arrêt d’un médicament non nécessaire, 19,3% l’optimisation d’une dose, 16% l’ajout d’un médicament à la thérapie, 7,6% le changement de la, fréquence d’administration d’un médicament, 5,7% faire un résumé de la médication et à 5% donner de l’information aux patients.
  • Les classes pharmaceutiques visées par les interventions des pharmaciens sont nombreuses: 19,6% sont des médicaments agissant sur le système cardiovasculaire, 19,2% des anti-infectieux, 12,6% des médicaments agissant sur le système gastro-intestinal, 9,3% des médicaments reliés à des pathologies endocriniennes, 8,4% des médicaments reliés à des pathologies d’origine hématologique, 7,6% des médicaments ayant leur action sur le système nerveux central et finalement, 5,7% sont des médicaments agissant sur le système respiratoire.
  • Les recommandations des pharmaciens de l’unité ont un taux d’acceptation de92,9% et 4,6% des interventions ont été rejeté. De plus, 2,5% des recommandations ont été acceptées puis révisées ultérieurement par les médecins.

Ce que nous savons déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • Quel est l’impact du pharmacien auprès de patients dans un état critique qui sont admis à l’urgence?
  • Les résultats sont-il transposables chez une population pédiatrique?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Noter toutes interventions effectuées dans votre pratique en tant que pharmacien
  • Évaluer la possibilité d’effectuer des études internes dans votre hôpital afin de voir le rôle du pharmacien dans plusieurs départements

Auteurs: Soraya Mamoun

Création: 07 novembre 2016

Publication: 07 juin 2017