Quel est l’impact du pharmacien dans une unité de soins obstétricaux à haut risque?

Blogue 2 - Silva 2018

Que retient-on ?

  • Les erreurs médicamenteuses sont relativement fréquentes et potentiellement graves.
  • Le pharmacien exerçant dans une unité de soins obstétricaux à haut risque peut améliorer la sécurité et améliorer la qualité des soins offerts aux patientes; consulter Impact Pharmacie pour plus de détails sur les rôles et retombées du pharmacien pour les soins Obstétrique-gynécologique.
  • Avez-vous récemment consulté les lignes directrices de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada?

Silva NMO, Gnatta MR, Visacri MB, Ferracini AC, Mazzola PG, Parpinelli MÂ, Surita FG. Pharmacist interventions in high-risk obstetric inpatient unit: a medication safety issue. Int J Qual Health Care. 2018 Aug 1;30(7):530-536

Auteur : Frédéric Émard

Création : 15 novembre 2018

Publicités

Quel est l’impact du pharmacien sur la qualité de vie des patients sous chimiothérapie pour un cancer du sein?

Blogue 3 - Tanaka 2018

Que retient-on ?

  • La qualité de vie diminue durant la progression des traitements de chimiothérapie.
  • Le pharmacien en oncologie peut aider à améliorer la qualité de vie des patients sous chimiothérapie en atténuant certain effets indésirables; consultez Impact Pharmacie pour plus de détails sur les rôles et retombées du pharmacien en Cancer.
  • Avez-vous récemment consulté le guide ONCible du Groupe d’étude en oncologie du Québec sur la gestion des effets secondaires avec les thérapies ciblées?

Tanaka K, Hori A, Tachi T, Osawa T, Nagaya K, Makino T, Inoue S, Yasuda M, Mizui T, Nakada T, Goto C, Teramachi H. Impact of pharmacist counseling on reducing instances of adverse events that can affect the quality of life of chemotherapy outpatients with breast Cancer. J Pharm Health Care Sci. 2018 Apr 30;4:9

Auteur : Frédéric Émard

Création : 15 novembre 2018

Le pharmacien communautaire peut-il améliorer l’autogestion de l’asthme?

Blogue 4 - Kovacevic 2017

Que retient-on ?

  • Le contrôle de l’asthme passe, entre autre, par une autogestion de la condition.
  • Le pharmacien communautaire peut significativement améliorer la connaissance sur la maladie et les médicaments ainsi que l’adhérence des patients asthmatiques; consultez Impact Pharmacie pour plus de détails sur les rôles et retombées du pharmacien en Asthme.
  • Avez-vous récemment consulté les lignes directrices de la Global Initiative for Asthma (GINA) sur la gestion de l’asthme?

Kovačević M, Ćulafić M, Jovanović M, Vučićević K, Kovačević SV, Miljković B. Impact of community pharmacists’ interventions on asthma self-management care. Res Social Adm Pharm. 2018 Jun;14(6):603-611

Auteur : Frédéric Émard

Création : 15 novembre 2018

L’implantation d’un pharmacien clinicien spécialisé en diabète est-elle rentable ?

Blogue 1 - Ourth 2018

Que retient-on ?

  • Les coûts associés au diabète sont préoccupants.
  • Un pharmacien clinicien peut diminuer les coûts à long terme (10 ans) de façon significative de la maladie et des complications associées et peut augmenter significativement la qualité de vie des patients diabétiques; consultez Impact Pharmacie pour plus de détails sur le Diabète.
  • Avez-vous récemment consulté les lignes directrices de l’association Diabète Canada pour le traitement du diabète?

Ourth H, Nelson J, Spoutz P, Morreale AP. Development of a Pharmacoeconomic Model to Demonstrate the Effect of Clinical Pharmacist Involvement in Diabetes Management. J Manag Care Spec Pharm. 2018 May;24(5):449-457.

Auteur : Frédéric Émard

Création : 15 novembre 2018

Quel est l’impact d’une intervention multidimensionnelle réalisée par un pharmacien clinicien sur le risque de réadmission à l’hôpital ?

ravn-nielsen

Que retient-on ?

  • Les réadmissions à l’hôpital sont fréquentes après un passage aux urgences.
  • Le pharmacien clinicien peut diminuer de façon significative le nombre de réadmissions à l’hôpital dans les 30 et 180 jours suivants la visite aux urgences  même si ce nombre ne s’applique pas aux réadmissions pour un problème lié à la médication ; consultez Impact Pharmacie pour plus de détails sur les interventions pharmaceutiques réalisées aux urgences.
  • Avez-vous récemment consulté le guide sur la gestion de l’urgence du Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec qui précise le rôle des pharmaciens (p. 145 et suivantes).

Ravn-Nielsen LV, Duckert ML, Lund ML, Henriksen JP, Nielsen ML, Eriksen CS, Buck TC, Pottegård A, Hansen MR, Hallas J. Effect of an In-Hospital Multifaceted Clinical Pharmacist Intervention on the Risk of Readmission: A Randomized Clinical Trial. JAMA Intern Med. 2018 Mar 1;178(3):375-382.

Auteur : Sébastien André

Création : 15 novembre 2018

Pharmaciens humanitaires: quel est l’impact de la gestion de la thérapeutique à domicile chez des patients syriens?

CALQUE celie 1

Al Alawneh M, Nuaimi N, Basheti IA. Pharmacists in humanitarian crisis

settings: Assessing the impact of pharmacist-delivered home medication management

review service to Syrian refugees in Jordan. Res Social Adm Pharm. 2018 Apr 10.

Lien Impact Pharmacie: 

Ce que l’étude nous apprend :

  • Étude prospective randomisée contrôlée au domicile de réfugiés Syriens vivant dans 3 villes de Jordanie (Anman, Mafraq, Zarqa).
  • L’étude inclut 106 patients entre mai et octobre 2016 répartis en deux groupes aux caractéristiques similaires : un groupe intervention (n=53 patients)  et un groupe contrôle (n=53 patients).
  • Les objectifs de l’étude étaient d’identifier le type et la fréquence des problèmes liées aux traitements parmi les réfugiés Syriens vivant en Jordanie et d’explorer l’impact de la gestion de la thérapeutique à domicile sur la réduction du nombre de problèmes liés aux traitements.
  • L’intervention du pharmacien humanitaire consistait à identifier, documenter et classifier les problèmes liés aux traitements selon leur impact clinique chez les patients. Les pharmaciens donnaient des conseils aux patients et émettaient si besoin des recommandations aux médecins.  Un retour positif du médecin engendrait une consultation médicale afin de valider les changements.
  • L’intervention pharmaceutique a permis une chute significative du nombre de problèmes liés aux traitements entre le début et le suivi à 3 mois dans le groupe intervention : de 600 à 182 problèmes soit une baisse de 69.7% (p<0.001) comparé au groupe contrôle qui enregistre une légère baisse de 541 à 514 soit 5%.
  • Le nombre de problèmes classés majeurs a chuté significativement de 80.9% dans le groupe intervention comparé à une chute de 3.3% dans le groupe contrôle.
  • Le type d’intervention requise pour prévenir ou résoudre les problèmes liés aux traitements étaient une surveillance plus fréquente (24.9%) et l’éducation thérapeutique du patient (20.4%).

Ce que l’on se pose comme question :

  • La population étudiée de réfugiés Syriens est-elle représentative pour conduire d’autres missions à l’échelle mondiale?
  • Est-il possible d’étendre la pratique pharmaceutique de gestion de la thérapeutique à domicile dans un pays hors crise humanitaire?
  • La durée d’intervention du pharmacien non paramétrée selon les besoins du patient est-elle suffisante? (1h max)
  • Quel est le coût de l’intervention et du changement de traitement par rapport au bénéfice?
  • La diminution du nombre de problème liés aux traitements est-elle pérenne?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Réfléchir à la mise en place de la gestion de la thérapeutique à domicile
  • Appliquer la prévention et la résolution des problèmes liés aux traitements en routine.

Auteurs: Célie MALAURE, Éléonore FERRAND

Création: 22 mai 2018

Prévalence des erreurs médicamenteuses à l’entrée et à la sortie des patients diabétiques, une opportunité d’action pour le pharmacien ?

20180808 visual abstract - Breuker

Breuker C, Abraham O, di Trapanie L, Mura T, Macioce V, Boegner C, Jalabert A, Villiet M, Castet-Nicolas A, Avignon A, Sultan A. Patients with diabetes are at high risk of serious medication errors at hospital: Interest of clinical pharmacist intervention to improve healthcare. Eur J Intern Med. 2017 Mar;38:38-45.

Ce que cette étude nous apprend :

  • Étude observationnelle prospective, service d’endocrinologie/diabétologie/nutrition, Centre Hospitalier Universitaire de Montpellier, France.
  • Échantillon de 904 patients dont 671 diabétiques (75,7% diabète de type 2) et 233 non diabétiques ayant bénéficié de l’intervention pharmaceutique durant 1,5 ans, entre 2013 et 2015.
  • L’objectif de l’étude est d’évaluer la prévalence des erreurs médicales à l’admission et à la sortie selon le statut diabétique ou non des patients et de déterminer l’impact clinique potentiel de ces erreurs.
  • L’équipe de la pharmacie (1 pharmacien hospitalier, 1 interne en pharmacie et 2 étudiants en pharmacie) a, dans un premier temps, réalisé  la conciliation médicamenteuse d’entrée dans les 24h suivant l’admission des patients. Les informations récoltées ont été comparées et validées par un appel téléphonique au pharmacien communautaire, au médecin ou aux infirmiers du patient. Les prescriptions de sortie ont fait l’objet d’une seconde conciliation médicamenteuse puis d’une autre analyse des modifications apportées par les médecins. Les divergences constatées à l’entrée et à la sortie ont été qualifiées d’intentionnelles ou non intentionnelles selon le retour du médecin prescripteur. Les modifications non intentionnelles corrigées par le médecin ont été jugées comme étant des erreurs médicamenteuses. Elles ont ensuite été classées selon leur sévérité potentielle à partir d’une échelle à quatre niveaux : erreur très sévère, erreur sévère, erreur modérée et erreur mineure.
  • 3947 divergences ont été identifiées dont 2676 (67,8%) à l’admission et 1271 (32,2%) à la sortie. Parmi ces divergences, 385 ont été considérées comme non intentionnelles et concernaient 179 patients à l’admission (19,8%) et 87 patients à la sortie (10,1%).
  • 378/385 (98,2%) divergences non intentionnelles ont été corrigées par le médecin et donc définies comme étant des erreurs médicamenteuses : 322 (85,2%) chez les diabétiques et 56 (14,8%) chez les non diabétiques.
  • Ces erreurs médicales sont plus fréquentes chez les patients diabétiques que chez les non diabétiques à l’admission (22,1% contre 10,2%, p < 0.001) et à la sortie (11,4% contre 5,7%, p = 0,01). Les erreurs médicamenteuses des patients diabétiques à l’admission concernent surtout les médicaments de la sphère cardiovasculaire.
  • Les patients diabétiques ont plus d’erreurs considérées comme sévères que les non diabétiques, à la fois à l’admission (33,8% contre 7,1%, p < 0,005) et à la sortie (41,1% contre 0%, p < 0,005). Les erreurs mineures à l’admission sont moins courantes chez les diabétiques (25,7% contre 42,9%, p = 0,06). Les erreurs modérées chez les diabétiques sont également moins fréquentes à la sortie (35,6% contre 69,2%, p = 0,03).

Ce que nous savions déjà :

  • La conciliation médicamenteuse réalisée à l’admission des patients aux urgences est bien documentée.
  • Les patients diabétiques, polymédicamentés sont à risque d’interactions médicamenteuses, d’effets indésirables, d’erreurs médicamenteuses et à défaut d’observance.
  • Les rôles et retombées du pharmacien sur la prise en charge des patients diabétiques sont très bien documentés. Nous avons recensé quelques études indexées dont PMID21787031, PMID22672148 et PMID22147352.
  • On peut consulter le site Impact Pharmacie et la fiche synthèse sur la conciliation médicamenteuse à l’entrée, à la sortie et la fiche synthèse du diabète

Ce qu’on se pose comme question :

  • Les patients de l’étude ont été admis majoritairement pour une hospitalisation programmée. D’autres proviennent des urgences ou d’un transfert. Cela a t’il un impact sur les résultats ?
  • Devons nous nous focaliser uniquement sur les patients polymédicamentés pour la conciliation à l’entrée et à la sortie ?
  • Quel est le devenir de l’intervention sur le long terme ? Le relai hôpital ville est il assuré ?
  • Quel est l’impact de l’intervention sur le taux de réadmission des patients diabétiques ?

Ce que vous pouvez notamment faire :

  • Mettre en place une conciliation médicamenteuse de sortie en plus de la conciliation d’entrée.
  • Utiliser les étudiants en pharmacie pour recueillir l’historique médicamenteux.
  • Faire une étude de coût relative à l’implantation de cette nouvelle pratique.
  • Faire une évaluation de la qualité de vie et la satisfaction des patients diabétiques.
  • Promouvoir les résultats de cette étude pour renforcer la collaboration pharmacien/médecin dans la prise en charge des patients diabétiques.

Auteur : Perrine Scherrer, Éléonore Ferrand

Création : 28 juillet 2017