Quel est l’impact d’une intervention multidimensionnelle réalisée par un pharmacien clinicien sur le risque de réadmission à l’hôpital ?

ravn-nielsen

Que retient-on ?

  • Les réadmissions à l’hôpital sont fréquentes après un passage aux urgences.
  • Le pharmacien clinicien peut diminuer de façon significative le nombre de réadmissions à l’hôpital dans les 30 et 180 jours suivants la visite aux urgences  même si ce nombre ne s’applique pas aux réadmissions pour un problème lié à la médication ; consultez Impact Pharmacie pour plus de détails sur les interventions pharmaceutiques réalisées aux urgences.
  • Avez-vous récemment consulté le guide sur la gestion de l’urgence du Ministère de la Santé et des Services Sociaux du Québec qui précise le rôle des pharmaciens (p. 145 et suivantes).

Ravn-Nielsen LV, Duckert ML, Lund ML, Henriksen JP, Nielsen ML, Eriksen CS, Buck TC, Pottegård A, Hansen MR, Hallas J. Effect of an In-Hospital Multifaceted Clinical Pharmacist Intervention on the Risk of Readmission: A Randomized Clinical Trial. JAMA Intern Med. 2018 Mar 1;178(3):375-382.

Auteur : Sébastien André

Création : 15 novembre 2018

Publicités

Retombées du bilan comparatif médicamenteux en gériatrie

Eisenhower C. Impact of pharmacist-conducted medication reconciliation at discharge on readmissions of elderly patients with COPD. Ann Pharmacother. 2014 Feb;48(2):203-8.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude descriptive pré-post dans un hôpital universitaire de 800 lits, Kingston, ÉUA
  • Échantillon de 60 patients de plus de 65 ans admis pour broncho pneumopathie chronique obstructive entre le 31 janvier et le 29 février 2012; 25 patients inclus dans l’analyse
  • On a comparé le taux de réadmission entre deux périodes de temps comparables (i.e. 1er mars au 31 mars 2011 c. 31 janvier au 29 février 2012)
  • Le bilan comparatif médicamenteux à la sortie des patients incluaient l’identification des médicaments, des dosages, fréquences et durées de traitement inappropriés, des duplications thérapeutiques et des omissions
  • L’intervention pharmaceutique, à savoir le bilan comparatif médicamenteux, est associée à une diminution du taux de réadmission à 30 jours de 22,2% à 16,0% (4/25)
  • L’intervention pharmaceutique est associée à une légère réduction de la durée de séjour entre la réadmission et l’admission (8±5,35 c. 8,25±4,57)
  • L’intervention pharmaceutique est associée à une légère augmentation des coûts de séjour entre la réadmission et l’admission (13569,51$ c. 12717,38$)
  • Six divergences médicamenteuse ont été identifiées et rapportées aux prescripteurs

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • Le faible nombre de patients rend t-il les résultats généralisables? Comme étude descriptive, l’étude est utile et peut inspirer d’autres études ; comme étude évaluant les retombées, le nombre de patients est insuffisant
  • Est-il raisonnable de considérer une réduction du taux de réadmission en comparant deux périodes distinctes pour lesquelles nous disposons de peu de données sur les patients de la cohorte pré
  • Devons-nous nous satisfaire de résultats sans analyse statistiques pour évaluer les retombées du bilan comparatif médicamenteux?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • Réfléchir à la mise en place et à l’organisation de l’activité de bilan comparatif médicamenteux au sein de votre établissement
  • Documenter les divergences médicamenteuses
  • Partager davantage vos stratégies de bilan comparatif médicamenteux

Auteur (s): 

Aurélie Guérin, Jean-François Bussières

Création: 19 mars 2014
Publication: 02 avril 2014

Intervention du pharmacien sur les divergences médicamenteuses au congé de l’hôpital

Farley TM, Shelsky C, Powell S, Farris KB, Carter BL. Effect of clinical pharmacist intervention on medication discrepancies following hospital discharge.Int J Clin Pharm. 2014 Feb 11.

Ce que cette étude nous apprend

  • Étude randomisée contrôlée dans quatre unités de soins (i.e. cardiologie, médecine interne, médecine de famille et orthopédie) d’un hôpital universitaire, Iowa, ÉUA
  • Échantillon de 592 patients évalués répartis en trois groupes soient 198 dans le groupe contrôle (60.0±12.7), 199 dans le groupe d’intervention pharmaceutique de base  (59.8±12.8) et 195 dans le groupe d’intervention pharmaceutique soutenue (61.1±12.8)
  • Aucune intervention pharmaceutique n’était réalisée dans le groupe contrôle. L’intervention pharmaceutique de base consistait en la réalisation d’un bilan comparatif de médicaments à l’arrivée et au congé du patient accompagnés de conseils individuels aux patients. L’intervention pharmaceutique soutenue, en plus de l’activité de base incluait la communication au médecin généraliste et au pharmacien communautaire d’une liste des médicaments pris à la sortie par le patient
  • L’intervention pharmaceutique soutenue est associée à une diminution significative dans le dossier médical du médecin traitant, 30 jours après la sortie du patient, du nombre moyen de divergences médicamenteuses à signifiance élevée par patient (0,51 dans le groupe contrôle c. 0,26 dans le groupe intervention soutenue – p=0,013)
  • Cependant, on note aucun effet de l’intervention pharmaceutique dans les dossiers des pharmaciens communautaires et une non persistance de la diminution significative à 90 jours dans le dossier médical

Ce que nous savions déjà

Ce qu’on se pose comme question

  • Comment les effets positifs d’un bilan comparatif au congé (i.e. élimination des divergences) peuvent-ils ne pas se vérifier à 90 jours ?  Est-ce le fait de patients qui ne renouvellent pas certaines ordonnances pertinentes ?  Est-ce l’omission de pharmaciens à dispenser ce qui est normalement requis ?

Ce que vous pouvez notamment faire

  • S’assurer qu’un processus de bilan comparatif de médicaments avec gestion des divergences est en place dans votre milieu de pratique
  • Réévaluer périodiquement, par exemple lorsque vous avez des étudiants en stage, le profil des divergences afin d’informer les médecins et pharmaciens de votre secteur des principaux pièges (p.ex. omission de prescrire une classe thérapeutique, une forme pharmaceutique; omission d’indiquer un motif thérapeutique pour une ordonnance au besoin, etc.)

Auteur (s): 

Aurélie Guérin, Jean-François Bussières

Création: 06 mars 2014
Publication: 19 mars 2014